www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Creuse

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actions départementales  / Communiqués de presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
18 novembre 2009

Communiqué de presse : Conséquences du budget 2009 (2)

Communiqué de presse (3) :

Communiqué de presse : Conséquences du budget 2009 (2)

* Enseignement des langues vivantes

Lors de la dernière carte scolaire, encore 2 postes ELVE (Enseignant des Langues Vivantes Etrangères) ont été supprimés. Ces enseignants intervenaient pour enseigner une langue (souvent l’anglais) dans les classes dont les enseignants n’étaient pas habilités, c’est-à-dire jugés aptes par l’administration à enseigner cette langue.

Pourtant la Creuse était un département pilote concernant l’enseignement des langues et dès 2002, tous les élèves de CM2, puis de CM1 et CE2 ont reçu un enseignement de qualité en langues (conformément aux programmes). Cet enseignement était assuré par des personnels formés qui se déplaçaient dans les écoles du département.

Depuis, ces personnels ont disparu en Creuse ! Tous les postes ont été supprimés, et ce, pour 2 raisons liées directement au budget :

- le gouvernement a décidé d’habiliter tous les enseignants sortant de l’IUFM, sans qu’ils aient une formation approfondie, et ce quel que soit leur cursus. Ainsi, de façon tout à fait artificielle, on a de moins en moins besoin de former des enseignants, ce qui représente de sacrées économies !

- la Creuse a perdu 34 postes depuis 2002 et parmi eux, beaucoup de postes de remplaçants et de postes ELVE, les 2 derniers ont disparu à la carte scolaire dernière.

Depuis, l’initiation aux langues s’est étendue aux CE1 puis aux CP, mais il est la plupart du temps assuré par des enseignants qui n’ont pas reçu spécifiquement de formation.

Le SNUipp dénonce les belles annonces du gouvernement qui n’ont donc aucun sens lorsqu’elles sont confrontées à la réalité : celle d’une politique d’économie !

* Les réseaux d’aide

Les Réseaux d’Aide Spécialisée aux Élèves en Difficulté sont composés de 3 types de personnels : un psychologue scolaire, un maître dit G (qui va aborder le côté comportemental de l’élève) et un maître dit E (qui va aborder le côté scolaire). Tous ces personnels se déplacent dans les écoles qui en ont besoin, sur un secteur donné.

Au budget 2009, 6 000 de ces postes ont été supprimés. Suite aux fortes mobilisations, le gouvernement a ensuite « réinjecté » 3 000 de ces postes (soit la moitié), mais en conservant la suppression de 11 200 postes à rendre.

En Creuse, 6 postes dits G ont d’abord été supprimés, puis 3 ont été recréés sans modifier les 16 postes qui étaient à rendre. Il a donc fallu fermer 3 classes de plus… Mais la perte de ces postes RASED a agrandi considérablement les secteurs d’intervention et les personnels ne sont plus en mesure de prendre en charge les élèves en difficulté.

Une nouvelle fois, le SNUipp dénonce les belles annonces du gouvernement qui n’ont plus aucun sens lorsqu’elles sont confrontées à la réalité : celle d’une politique d’économie !

* Les remplacements

Les choix budgétaires qui sont faits pour l’école sont loin de lui donner les moyens des ambitions annoncées par le gouvernement. En effet, comment faire réussir les élèves lorsque les enseignants malades ne sont même pas remplacés ?

Dans le département, les remplacements non assurés pour l’année dernière équivalaient à 500 jours de classe ! Inadmissible ! C’est a minima l’équivalent de 4 postes supplémentaires.

Ces jours de classe où un enseignant est malade ne perturbent pas seulement les classes concernées mais l’école toute entière car les élèves doivent être répartis dans les autres classes. En Creuse, la majorité des écoles se composent de 2 ou 3 classes. Les effectifs de ces classes lorsqu’il manque un enseignant atteignent vite des chiffres où il devient impossible de faire classe. Il faut donc, en plus des 12 jours de classe supprimés par le gouvernement et des jours non remplacés, comptabiliser les jours de classe qui n’ont pas pu avoir lieu correctement. Des conséquences loin d’être anodines…

En conséquence, le SNUipp dénonce encore les belles annonces du gouvernement qui n’ont plus aucun sens lorsqu’elles sont confrontées à la réalité : celle d’une politique d’économie !

Le SNUipp23 pense que, loin de vouloir faire réussir tous les élèves et de leur offrir un haut niveau de culture, le ministère poursuit un unique but, celui de faire des économies.

Le SNUipp23 considère, contrairement au ministère, que l’Education est notre avenir et que mieux vaudrait investir pour elle.

C’est pourquoi le SNUipp23 appelle :

- les enseignants creusois à être massivement en grève le mardi 24 novembre pour exiger un autre budget

- Les parents à les soutenir dans cette lutte

PDF - 66.2 ko
CP

 

9 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Creuse, tous droits réservés.