www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Creuse

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
23 avril 2008

Le ministre de l’Education Nationale ne prend pas la mesure du mécontentement des enseignants des écoles.

Le SNUipp a été reçu jeudi le 10 avril par le ministre de l’Education Nationale.

Il a rappelé que toute évolution des programmes d’enseignement ne peut s’effectuer sans prendre en compte l’expérience professionnelle des enseignants et l’avis des chercheurs, dans des conditions de transparence et de sérieux.

Il a exigé que les synthèses établies dans les circonscriptions soient rendues publiques.

Il a témoigné de la déstabilisation professionnelle, du trouble profond et des vives inquiétudes que soulève le projet de programmes parmi les enseignants des écoles. Il a dit leurs craintes de voir la scolarité des élèves les plus fragiles rendue plus difficile.

Le ministre quant à lui, n’a toujours pas donné d’indication sur les volumes horaires dévolus aux différents domaines disciplinaires alors qu’il prévoit augmenter l’enseignement d’éducation physique et sportive d’une heure, d’ajouter de nouvelles notions enseignées jusqu’ici au collège et de diminuer l’horaire d’enseignement hebdomadaire.

S’agirait-il de fait, de faire porter aux enseignants la responsabilité de la suppression de pans entiers des actuels programmes ?

Xavier Darcos a toutefois bien annoncé que les synthèses des avis des enseignants, établies dans les circonscriptions, seraient rendues publiques dans les jours prochains, mais n’a annoncé aucun dispositif précis en matière de calendrier, de concertation et de modalités de prise en compte des remontées des écoles.

Le SNUipp appelle les enseignants des écoles à participer massivement aux initiatives prises dans tous les départements en faveur d’une autre politique éducative. Le projet de programmes doit être suspendu et faire l’objet d’une réécriture complète.

Il s’adresse solennellement au premier ministre et au président de la république pour que la raison l’emporte.

L’école primaire, l’avenir des élèves et les enseignants méritent mieux que des programmes bâclés.

Paris le 13 avril 2008

 

11 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Creuse, tous droits réservés.