www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Creuse

Vous êtes actuellement : Actualités  / Actions nationales 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints


  • Comparatif OCDE 2015 (base des salaires 2013)
    PDF - 124.2 ko
    Télécharger

  • Évolution du salaire moyen en primaire après 15 ans d’exercice, base 100 en 2005, Source OCDE 2015
    PDF - 107 ko
    Télécharger

  • bilan annuel de la Fonction publique 2014
    PDF - 219.1 ko
    Télécharger

  • La baisse relative du point d’indice
    PDF - 111.8 ko
    Télécharger

  • Une perte de pouvoir d’achat
    PDF - 395 ko
    Télécharger

  • hausse des cotisations retraites
    PDF - 117.6 ko
    Télécharger

  • pertes cumulés depuis 2010
    PDF - 120.7 ko
    Télécharger

  • rénumération FPE dans PIB
    PDF - 127.9 ko
    Télécharger

  • tract départemental intersyndical
    PDF - 307.2 ko
    Télécharger

  • tract national du SNUipp-FSU
    PDF - 103.9 ko
    Télécharger

  • Lettre aux parents
    Word - 25 ko
    Télécharger

  • Lettre aux parents
    PDF - 69.3 ko
    Télécharger
19 janvier 2016

Pourquoi la grève du 26 janvier 2015 ?

Le 26 janvier, le SNUipp-FSU appelle les personnels des écoles à se mettre en grève et à manifester pour la revalorisation des salaires. Avec les enseignants, c’est l’ensemble des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique qui sont invités à se mobiliser. C’est donc maintenant qu’il faut agir pour obtenir du gouvernement les décisions les plus favorables pour notre pouvoir d’achat : une augmentation significative de la valeur du point d’indice et une ISAE à 1 200 euros par an pour tous Le 26 janvier, le SNUipp-FSU appelle les personnels des écoles à se mettre en grève et à manifester pour la revalorisation des salaires. Avec les enseignants, c’est l’ensemble des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique qui sont invités à se mobiliser.

La grève est nécessaire parce que pour la première fois depuis cinq ans, un rendez-vous salarial pour les fonctionnaires est prévu en février prochain. Et pour les enseignants des écoles, deux sujets sont sur la table :

- l’ISAE

l’ISAE à 1200 euros à parité avec l’ISOE versée aux enseignants du second degré, une revendication soutenue par plus de 50 000 enseignants dans le cadre de la campagne du SNUipp-FSU. Le gouvernement n’a encore décidé ni du montant de sa revalorisation, ni du principe d’une programmation conduisant aux 1 200 euros comme pour l’ISOE du 2nd degré. C’est plutôt une hypothèse basse qui circule : un coup de pouce de 200 euros supplémentaire et c’est tout.

-l’augmentation des salaires Le gouvernement n’a pas encore budgété le « dégel » mais privilégierait, là encore, une hypothèse basse de revalorisation, loin de compenser une perte de 8% du salaire depuis six ans, soit par exemple 193 euros par mois pour un PE au 8ème échelon.

Entre le gel du point d’indice, la hausse des cotisations, qui font mécaniquement baisser notre salaire et l’inflation, notre pouvoir d’achat est plus que mis à mal !

La France loin derrière au sein de l’UE

En 2015, après 15 ans d’exercice, les enseignants français du premier degré sont payés 16% de moins que la moyenne des pays de l’Union européenne, soit une différence de plus de 390 euros par mois ! 3 968€ mensuels en Allemagne, 2 492€ en Finlande (soit quasiment la moyenne de l’UE à 2 495€) et seulement 2 102€ en France !

PDF - 124.2 ko
Comparatif OCDE 2015 (base des salaires 2013)

Source : OCDE 2015 (base des salaires 2013)

Une évolution depuis 2005 en deçà des pays de l’OCDE

PDF - 107 ko
Évolution du salaire moyen en primaire après 15 ans d’exercice, base 100 en 2005, Source OCDE 2015

Évolution du salaire moyen en primaire après 15 ans d’exercice, base 100 en 2005, Source : OCDE 2015

Inégalités salariales dans la fonction publique

Entre les PE et les certifiés, pourtant sur la même grille, les différences de traitement s’expliquent pour 1/3 par les indemnités, 1/3 par les heures supplémentaires et 1/3 lié aux carrières (ex-instits devenus PE, âge de départ en retraite et accès à la hors-classe). Dans la fonction publique d’Etat, la part des primes et indemnités dans les rémunérations atteint 20%. Des catégories B, comme les gardiens de la paix, peuvent ainsi dépasser le niveau des enseignants. Pour autant leurs primes et indemnités ne sont pas prises en compte dans le calcul de la pension de retraite.

PDF - 219.1 ko
bilan annuel de la Fonction publique 2014

Source : bilan annuel de la Fonction publique 2014

La baisse relative du point d’indice ou « perte du pouvoir d’achat »

Le point d’indice a perdu 13 % de sa valeur depuis 2000. Les traitements nets en euros constants ont reculé de 16 %.

PDF - 111.8 ko
La baisse relative du point d’indice

Alors que les prix continuent d’augmenter, le point d’indice est gelé depuis juillet 2010 pour la 6ème année consécutive. Aujourd’hui le maintien du pouvoir d’achat n’est plus assuré de manière collective, par la valeur du point qui augmenterait et compenserait la hausse des prix, mais il repose uniquement sur l’avancement individuel.

Une perte de pouvoir d’achat tout au long de la carrière

Depuis 15 ans, les carrières reculent sous le poids de l’inflation. L’avancement ne permet plus de contrer le recul de pouvoir d’achat.

PDF - 395 ko
Une perte de pouvoir d’achat

En bleu, le salaire d’une carrière de PE au choix. En rouge, la même carrière impactée par l’inflation et l’augmentation des cotisations retraites. Une différence saisissante ! Depuis 15 ans, nos carrières reculent à l’image d’un escalator qui descend mécaniquement sous le poids de l’inflation.

Une hausse des cotisations retraites actée jusqu’en 2020

Suite à la réforme des retraites de 2010, amplifiée par celle de 2014, l’augmentation du prélèvement pour pension civile passe progressivement de 7,85% en 2010 à 11,1% en 2020. Cette hausse de cotisation conjuguée au gel du point entraine une baisse mécanique des salaires chaque 1er janvier.

PDF - 117.6 ko
hausse des cotisations retraites

Pertes cumulées depuis juillet 2010 pour les PE selon l’échelon

Gel du point d’indice au 1er juillet 2010 + Hausse de l’indice des prix de +5,74% depuis juillet 2010 + Hausse des cotisations retraites depuis le 1er janvier 2011 + Hausse cumulée des cotisations du 1er janvier 2011 au 1er janvier 2016 : +2,1%. !!!!!!

PDF - 120.7 ko
pertes cumulés depuis 2010

Un partage des richesses en défaveur des fonctionnaires. La rémunération des fonctionnaires de l’Etat rapportée au PIB mobilise une part des richesses toujours plus faible.

PDF - 127.9 ko
rénumération FPE dans PIB

Revaloriser les salaires des fonctionnaires, c’est possible !

1) Tout de suite 50 points pour toutes et tous

Il faut 15 milliards d’euros pour augmenter de 50 points d’indice tous les fonctionnaires. Ainsi 5,5 millions d’agents, plus de 20% de la population active, bénéficieraient d’une hausse de salaire de près de 200 euros nets mensuel. Et cet argent serait réinjecté très majoritairement directement dans la consommation enclenchant un cercle économique vertueux amenant ensuite des créations d’emplois et des hausses de salaires dans le privé...

Ces 15 milliards d’euros, ce sont aussi : • Seulement moins du quart du montant annuel de la fraude fiscale Le rapport parlementaire d’octobre 2013 confirmait le chiffrage du montant de la fraude fiscale annuelle estimé entre 60 et 80 milliards de manque à gagner pour l’Etat chaque année.

• Seulement un gros tiers des cadeaux fiscaux aux entreprises Le coût des différents allègements fiscaux des entreprises, crédit d’impôts compétitivité-emploi (CICE) mixé avec le pacte de responsabilité, sera à terme de 41 milliards d’euros annuels. Les entreprises n’ont aucune contrainte formelle en termes d’emplois en échange de ces cadeaux fiscaux. Pour l’instant peu d’accords de branches professionnelles ont été conclus et les objectifs de créations d’emplois sont plus que modestes.

2) Porter l’ISAE du premier degré au niveau de l’ISOE pour toutes et tous Tripler le montant de l’ISAE et la porter à 1200€, l’équivalent de la part fixe de l’ISOE du second degré tout en l’étendant aux enseignants des écoles qui en sont écartés ne couterait que 300 millions d’euros.

3) Permettre à tous d’accéder à la hors classe Il s’agit de transformer la hors classe en échelons acces¬sibles à tous dans le cadre d’une refonte globale de la grille.

4) Augmenter régulièrement la valeur du point d’indice Une hausse de 1% de la valeur du point d’indice représente 1,75 milliard d’euros

C’est donc maintenant qu’il faut agir pour obtenir du gouvernement les décisions les plus favorables pour notre pouvoir d’achat : une augmentation significative de la valeur du point d’indice et une ISAE à 1 200 euros par an pour tous avant la fin du quinquennat. Il est essentiel de redonner de l’attractivité au métier d’enseignant et de la reconnaissance envers notre engagement professionnel.

Alors Pas d’hésitation : tous en grève le 26 janvier !

PDF - 307.2 ko
tract départemental intersyndical
PDF - 103.9 ko
tract national du SNUipp-FSU

 

13 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Creuse, tous droits réservés.